Il est conseillé d’anticiper les travaux de rénovation énergétiques avant l’arrivée de l’hiver. Et pour cause, les demandes sont généralement plus importantes dès l’arrivée des basses températures. Résultat, les rendez-vous sont plus difficiles à obtenir en raison du délai d’attente. C’est pourquoi nous vous donnons quelques conseils pour préparer votre logement à l’arrivée de l’hiver et ainsi contrôler votre consommation d’énergie.

Pourquoi préparer son logement à l’hiver ?

En France, la température moyenne en hiver est de 5,4 °C. Des hivers plutôt doux qui varient en fonction de la région, des années et de l’altitude. Certaines régions, comme le Doubs, sont susceptibles d’atteindre des températures négatives extrêmes (record à -41 °C).

La température ambiante vivable est située entre 19 °C et 21 °C.

Pour l’atteindre, les logements et habitations sont équipés de système de chauffage. Entre les entretiens et les nouvelles lois, voici les raisons pour être bien préparé à la saison hivernale.

Se mettre en conformité

Tous les ans, de nouvelles lois et normes de conformité apparaissent. Ces dernières années, les principales mises à jour sont liées aux décisions prises pour la transition écologique.

En effet, si les entretiens obligatoires annuels et les mises aux normes d’une chaudière ne sont pas faits, il y a un risque de panne de chaudière. Si cela arrive, les frais ne seront pas couverts par l’assurance.

Optimiser et contrôler sa consommation d’énergie

Prévoir son logement aux vagues de froid va permettre de mieux se préparer et de mieux contrôler sa consommation. Certains professionnels proposent des solutions pour aider les consommateurs à réduire les coûts des factures.

 

Quels sont les points de contrôle à prévoir ?

Afin de se préparer à la période hivernale, il faut prêter attention à quelques points de contrôle sur les logements. Les relever et les identifier sont les premières étapes qui guideront vos actions.

L’isolation des logements

Il s’agit de pointer les sources de déperditions de chaleur qui pourraient augmenter la consommation générale de chauffage. 

L’isolation est un investissement rentable sur la durée qui peut être réduit par les aides de l’état.  

Il est possible de faire un diagnostic général pour comprendre l’impact d’une toiture, d’un grenier ou bien de combles aménageables mal isolés. Ils révèlent le taux de déperdition et le type d’isolant qui conviendrait au logement (isolant naturels thermiques, isolants en bois…).

Vérifier l’état de la toiture et des canalisations

La toiture

La toiture est la partie qui recouvre l’habitation. Si elle n’est pas entretenue, elle peut évacuer la chaleur car cette dernière monte. Il s’agit de vérifier l’état général de la toiture et de détecter des éventuelles détériorations. L’isolation de la toiture peut être renforcée pour pallier une éventuelle déperdition d’énergie.

La mousse, la fragilité des tuiles, ou la non-évacuation de l’eau sont à vérifier pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Les précipitations sont plus élevées en hiver : il faut veiller à l’étanchéité de la toiture en priorité.

Les canalisations

L’évacuation de l’eau est importante que ce soit pour les bâtiments ou les maisons individuelles. Pendant le mois d’octobre, les feuilles des arbres tombent et peuvent d’accumuler aux poussières et autres éléments de la nature. C’est pourquoi, il est impératif de les nettoyer au moins une fois par an pour éviter l’accumulation d’eau.

De plus, si de l’eau stagnedans les canalisations, elle peut geler et provoquer la détérioration des conduits. Pour ne pas en arriver là, deux solutions :

  • Veiller à l’évacuation de l’eau avant les périodes de froid ;
  • Isoler les gaines, tuyaux et conduits en les enveloppant.

L’efficacité du système de chauffage mis en place

Selon le type de logement et d’habitation, le système de chauffage peut varier. Les logements neufs n’ont qu’à procéder à un entretien régulier des chaudières. En effet, les nouvelles constructions sont déjà optimisées pour éviter la déperdition de chaleur.

Quant aux plus anciens logements, les chaudières peuvent être datées (chaudières au fuel, cheminé au bois…) et consommer plus que nécessaire. Si, après un diagnostic, il est conseillé d’installer un nouveau chauffage, la période est propice. Les aides d’états ont été étendues et sont avantageuses (MaPrimeRenov’…) pour aider dans la rénovation énergétique.