Plusieurs textes encadrent la mise en œuvre d’un plancher chauffant selon les règles de l’art. Leur suivi garantit un fonctionnement optimal et une installation durable en prévenant toute complication éventuelle. Le point sur les normes applicables à la pose d’un plancher chauffant et sur les solutions pour simplifier l'installation et la mise en route du nouveau système de chauffage au sol.

 

DTU, CCT… Ces textes qui régissent l'installation du plancher chauffant

En construction et en rénovation, la qualité du produit ne suffit pas à garantir l'efficacité et la durabilité de l'installation. Une solution d’émission de chaleur performante, comme le plancher chauffant, doit être installée selon les règles de l’art afin de satisfaire les attentes du maître d’ouvrage.

Ces conditions de mise en œuvre pour un résultat optimal sont détaillées par les DTU, les Documents Techniques Unifiés. Ce sont ces documents qui codifient les règles de l’art avec des clauses types correspondant à des techniques spécifiques. Ces DTU s’appliquent à tous les travaux du bâtiment et ont le statut de norme française (NF). C’est pourquoi chaque DTU est précédé de la mention NF et suivi d’une série de chiffres permettant d'identifier le document par type de travaux. Ainsi, le DTU qui regroupe les spécifications relatives à l’exécution des planchers chauffants à eau chaude s’intitule NF DTU 65.14.

Le DTU fait référence à plusieurs textes qui prévoient les dispositions techniques et administratives relatives aux travaux concernés :  

- le Cahier des Clauses Techniques (CCT) avec des clauses types de spécifications de pose ;

- les Critères Généraux de choix des Matériaux (CGM) qui fixe les grands critères de sélection des matériaux utilisés pour la mise en œuvre ;

- le Cahier des Clauses administratives Spéciales types (CCS) qui sert notamment de référence en cas de litige en clarifiant les périmètres d'intervention et les obligations de différents acteurs sur un chantier.

Le DTU peut également présenter d’autres informations utiles à la mise en œuvre en détaillant certaines règles de calcul ou en proposant des mémentos.

 

Les normes en fonction du type de plancher chauffant à installer

Plusieurs installations permettent de bénéficier du chauffage au sol dans une maison ou un appartement. Ces solutions se répartissent essentiellement entre deux catégories :

- les planchers chauffants à eau chaude ;  

- et les planchers chauffants électriques.

Les premiers repose sur un circuit d'eau chaude pouvant être alimenté par différents équipements de production de chaleur : chaudière bois, chaudière gaz, pompe à chaleur, système solaire combiné (SSC)... Les seconds, aussi appelés Planchers Rayonnants Electriques (PRE) diffusent la chaleur au moyen de câbles électriques chauffants.  

Les normes pour les planchers chauffants hydrauliques

L'installation d’un plancher chauffant à eau chaude dans le cadre d’une construction neuve ou d’un projet de rénovation, répond aux règles de l’art codifiées dans le NF DTU 65.14.

Les CCT s'intéressent ici à la réalisation d'ouvrages de type A, où les éléments chauffants se trouvent dans la dalle, et à ceux de type C, où ces éléments sont contenus dans une couche d'enrobage désolidarisée de la dalle.

Les conditions de la première mise en température sont définies selon une chronologie très stricte. Les délais fixés doivent permettre de prévenir toute future complication. La procédure commence plusieurs semaines après l'enrobage, selon les configurations, et suppose une chauffe progressive et maîtrisée avec différents niveaux de température à respecter sur des périodes de plusieurs jours.  

Les normes pour les planchers chauffants électriques

Le DTU 65.7 détaille les conditions d’exécution des planchers chauffants par câbles électriques enrobés dans le béton.

Les différents éléments mobilisés par cette installation sont notamment visés par le DTU 26.2 relatif au dimensionnement des dalles, et par la norme NF C15-100. Cette norme réglemente les installations électriques en basse tension en France et intéresse ici l'installateur pour la bonne mise en œuvre des circuits d’alimentation du système de chauffage.

Les modalités de positionnement et d'enrobage des éléments de chauffage sont également abordées, tout comme la question de la première mise en service avec les délais à respecter avant la mise en température.

 

Mise en route du système : particularités des planchers chauffants secs

La couche d'enrobage des éléments du plancher chauffant peut être une chape liquide, aussi appelée chape fluide. Les délais et les procédures imposés pour la première chauffe de ces installations sont directement liés au temps de séchage à observer sur ce type de chape.

Ces délais sont considérablement raccourcis avec les planchers chauffants secs. La question du temps de séchage est écartée, le délai d'attente avant la pose du revêtement de finition est supprimé. Mais la réduction des délais de première mise en route n’est pas le seul avantage des planchers chauffants secs. La pose est, d’une manière générale, simplifiée par rapport aux procédés mettant en œuvre une chape d'enrobage fluide.

Minces et légers, les systèmes secs pour planchers chauffants sont privilégiés en rénovation pour leur facilité de mise en œuvre. Les solutions sèches présentent par ailleurs une faible inertie, ce qui permet au système de chauffage d’être plus réactif. Une caractéristique particulièrement appréciable en début de saison de chauffe.

Bonnici propose des planchers chauffants secs et minces, performants et faciles à mettre en œuvre. Chaque solution s’accompagne d’un guide de pose précis pour une installation à réaliser soi-même ou confiée à un installateur professionnel.