La chaudière est un équipement de production de chaleur pouvant alimenter un système de chauffage central. Ces solutions sont parfaitement compatibles avec une installation de planchers chauffants hydrauliques. Voici comment distinguer les différents types de chaudière et comment choisir une source d’énergie appropriée.

 

Les chaudières bois

La chaudière bois exploite une source d'énergie renouvelable et au bilan carbone maîtrisé lorsque le bois de chauffage est issu de forêts locales.  

La chaudière à bûches

Avec une chaudière bois classique, le foyer est alimenté par des bûches et assure un rendement situé entre 65 % et 90 %. Ce rendement, exprimé en pourcentage, reflète le rapport entre l’énergie produite et l'énergie consommée. Plus le rendement est haut, plus l'appareil est efficace. À titre de comparaison, le rendement d’un radiateur électrique ne dépasse pas la barre des 40 %. En revanche, il existe des systèmes plus performants que la traditionnelle chaudière à bûches.

La chaudière à granulés

La chaudière à granulés fait partie de ces systèmes qui viennent rehausser le niveau de performance du chauffage dans la maison. Le format granulés, ou plaquettes de bois, permet d’atteindre un rendement de 75 % à 105 %. Achetées en sacs, ces ressources ainsi conditionnées sont plus faciles à entreposer et à conserver. Ce gain d'efficacité et de praticité a toutefois un prix. Les formats plaquettes et granulés sont plus coûteux à l’achat.

 

La chaudière gaz à condensation

La chaudière à condensation est un système mis au point pour exploiter l’énergie thermique des fumées de combustion. Les rejets sont récupérés et mis à profit pour chauffer l’eau en circulation dans le système. Une fois la chaleur utilisée, la vapeur d’eau refroidit et se condense avant d’être évacuée par le réseau des eaux usées. Résultat : la chaudière consomme moins et gagne en efficacité. Ce système est particulièrement indiqué pour l'alimentation d’une installation de plancher chauffant.

 

La chaudière à micro-cogénération

La micro-cogénération est un autre moyen de gagner en performance, mais le procédé est quelque peu différent. Le principe de la cogénération consiste à produire simultanément de la chaleur et de l'électricité. Lorsqu’il s'applique à l'échelle de l'habitat individuel, il est alors question de « micro-cogénération ». Les chaudières gaz et chaudières bois ainsi équipées ont la capacité de produire de l'électricité, en plus de leur fonction principale de production d’eau chaude.  

L’électricité produite peut être consommée sur place, ce qui est le cas avec la plupart des installations résidentielles. Mais elle peut également être injectée sur le réseau. Ces modèles de chaudière sont généralement plus chers à l’achat, il est donc important d’en étudier les conditions de rentabilité avant d'investir. Une fois en place, la performance du système assure un confort thermique atteignable à moindre frais.

 

Qu’en est-il de la chaudière fioul ?

Ces systèmes performants à condensation ou à micro-cogénération s'appliquent également aux chaudières fioul. Seulement, cette ressource fossile est sous le coup d’une interdiction progressive.  

La mise en consultation du décret interdisant l'installation de nouvelles chaudières fioul dans le neuf avait été confirmée en début d’année 2021. L'échéance avait alors été fixée au 1er janvier 2022, mais repoussée depuis au 1er juillet 2022. L'objectif étant de respecter les engagements de l’Etat sur la sortie de tous les bâtiments de logement du chauffage au fioul à l’horizon 2028. Dans les faits, ce ne sont pas les installations au fioul qui sont visées à proprement parler, mais les textes prévoient des limites qui excluent le recours au fioul et au charbon comme énergies de chauffage.

Les foyers déjà équipés d’un système de chauffage fonctionnant au fioul, peuvent néanmoins continuer à l'utiliser et à l’entretenir. Cependant, si celui-ci venait à tomber définitivement en panne, il ne pourrait plus être remplacé par une nouvelle chaudière fioul. Cette transition forcée a suscité de nombreuses inquiétudes parmi les Français qui n’ont parfois pas d’autre choix rentable pour se chauffer dans des régions isolées. L'installation d’un nouvel équipement demande par ailleurs un investissement qui, même réduit par les aides à la rénovation, n’est pas à la portée de tous.

Par ailleurs, le fioul et son coût fluctuant représentent un poste de dépense incertain. Et, à terme, son remplacement par des sources d’énergie exploitées par des équipements performants promet des économies pour les ménages concernés.

 

Quelle énergie de chauffage privilégier avec une chaudière et un plancher chauffant ?

Tout dépend des ressources accessibles à proximité et des configurations de l'habitation.

Si le logement est une maison située à proximité d’une forêt fournissant du bois de chauffage et offrant toutes les conditions de stockage nécessaires aux bûches, alors la chaudière bois classique semble tout indiquée.

Avec un moindre espace de stockage, il sera possible de considérer une chaudière bois à granulés ou une chaudière gaz, si l'habitation est raccordée au gaz de ville.

Toutes ces solutions de chauffage sont compatibles avec un plancher chauffant. Les chaudières bois et gaz à condensation ou à micro-cogénération alimentent alors le système de planchers chauffants en appliquant les réglages adaptés dans le cadre du chauffage au sol.